BABY KARATE

BABY KEMPO-KARATE

ACTIVITES PEDAGOGIQUES ET LUDIQUES

Adaptées aux plus petits dès l’âge 3 ans, jusqu'à 6 ans

Tous les Mercredis de 17h15 à 18h00 - Salle du Revard

Images 54

PERCEPTION – COORDINATION – EVEIL CORPOREL – CONFIANCE EN SOI

L’enfant y apprend le Kempo-karaté par le biais de jeux permettant l’acquisition des principales techniques (kihon) et l’apprentissage des premières postures (dachi). Il développe alors ses capacités de synchronisation, de coordination, de souplesse et d’équilibre.

Plus tard, il découvrira les notions de latéralité, de rythme, et apprendra à gérer sa respiration en fonction de l’effort. Ces différentes aptitudes sont également abordées dans ce cours de manière ludique.

Un travail avec partenaire l’amène à la notion de distance, ce qui va lui permettre de développer le contrôle de ses gestes, son sens de l’observation et ainsi améliorer ses réflexes tout en respectant l’autre.

En effet, des règles sociales et valeurs morales (politesse, respect des anciens, écoute attentive,…) sont tout aussi importantes et sont enseignées dès les premières séances.

Ainsi, les plus timides prendront confiance en eux et les plus « virulents » apprendront à mieux se maîtriser.

Les enfants sont encadrés par des Instructeurs diplômés.

DEROULEMENT DES COURS : il n’est pas souhaitable que les parents restent dans le dojo pendant les cours ; en effet les enfants sont distraits et ne peuvent pas être attentifs à l‘enseignement qui leur est dispensé.

Tenue: Kimono blanc + ceinture - Prévoir une petite paire de ballerine noir 

Réflexion de Shihan Thierry LECAILLON

Le Baby Karaté n'est pas à considérer comme une simple concession à un effet de mode, mais s'inclut dans un important phénomène socioculturel contemporain qui accorde beaucoup d'importance à l'éducation intellectuelle et motrice avant l'âge de l'entrée à l'école primaire. Il semblerait que face à des exigences de formation de plus en plus élevées et une crainte socialement partagée de voir leurs enfants en échec, les parents souhaitent les préparer de plus en plus tôt à la réussite.

Même si les deux premières années qui précèdent l'entrée à l'école primaire constituent une période essentielle pour le développement de la personne, il serait cependant excessif de considérer que l'être humain est totalement prédéterminé par ses premières expériences.

Une éducation motrice bien conduite joue un rôle déterminant pour le développement physique et intellectuel des enfants de 4 et 5 ans. Cet avis partagé par de nombreux auteurs a contribué à accorder une place croissante à l'éducation physique et sportive dans les programmes de l'école maternelle.Mais attention en karaté et dans les arts martiaux en général, ce public n'est pas étudié réellement en formation. Les éducateurs improvisent en fonction de leurs vécus et de leur vision de la discipline.
 

Qu'est-ce que le Baby karaté-Kempo?

Parce qu'on ne pratique pas le sport de la même façon à 3 ans qu'à 14 ans, j'ai conçu tout spécialement un programme basé sur l'interêt du jeune enfant afin de l'aider dans son apprentissage futur du Karaté-kempo ou d'une autre activité.

Ce programme contribue au développement physique et intellectuel de l'enfant et le dispose à des relations sociales de qualité.
Il porte sur les habiletés motrices fondamentales : l'équilibre, les déplacements et le controle de ses gestes au travers d'une grande variété de jeux.
Le goût des plus petits à jouer seuls est respecté pour les amener progressivement à des pratiques collectives puis deux par deux.

Je distingue 2 grands cycles en baby karaté
Cycle 1: les 3-4 ans où la part du jeu est primordiale et où le karaté est finalement peu présent sinon dans leur imaginaire. on apprend à découper le temps:la parole, le salut, l'echauffement, les exercices, les jeux,le salut.
Cycle 2: Les 5-6 ans: le jeu reste important mais on commence à mettre plus de technicité  sous forme de découverte de positions, mouvements de base ainsi que du vocabulaire japonnais et bien sur les premieres épreuves pour passer les ceintures pour faire comme les "grands".

Ce que n'est pas le Baby Karaté !
Le baby karaté n'est pas une usine à champion ni meme une usine à karatéka.Le jeune enfant n'est pas un singe savant à qui on apprend ce que l'on ne peut réaliser soi meme. Il s'agit réellement de découverte motrice. Certains enfants continueront sur la voie et d'autre iront vers d'autres horizon

Motricité et langage :

A 3 et 5 ans, le langage et la motricité sont les deux vecteurs essentiels du développement de l'enfant. Dans cette période d'âge, les possibilités d'échanges verbaux progressent considérablement et offrent avec la motricité un outil privilégié d'exploration et de compréhension. L'enseignant peut les associer d'une manière complémentaire dans son action éducative en incitant l'enfant à parler de son expérience. Le recours au langage permet à l'enfant de prendre un certain recul par rapport à la réalité, il peut raconter les situations vécues et mieux se les remémorer. En même temps qu'il accède à une compréhension plus nuancée du langage, il parvient à une meilleure représentation des actions à mener. c'est pour cela que la séance commence toujours par un tour de table et pendant la séance même la parole n'est pas bridée!

Latéralisation :

La dominance latérale se stabilise et sert de base à une meilleure orientation du corps dans l'espace. On accordera une place importante aux habilités asymétriques (locomotion : impulsion ; préhension : lancer, saisie d'une main; touché ; équilibration : équilibre dans les positions asymétriques). Ceci doit permettre à l'enfant de dégager et d'affiner sa prévalence manuelle.

La latéralité ne doit pas être confondue avec la capacité à reconnaître la droite de la gauche. Cette reconnaissance ne se précise que vers 6 ans.

Relation sociale:

A partir de 4 ans, l'enfant progresse davantage dans sa relation avec les autres. Il éprouve beaucoup d'intérêt dans l'exploration sociale comme dans la découverte des objets qui l'entourent. Entre 4 et 6 ans l'enfant va passer d'une activité essentiellement isolée à des conduites de coopération. Cette transformation du comportement révèle de fabuleux progrès du système de pensée de l'enfant dans cette période. Elle s'opère sous l'effet combiné de la maturation et des stimulations sociales du contexte d'ou l'importance de cette activité à cet age.

Relation Enfant/Educateur :

L'enfant est confronté momentanément à la rupture de ses parents, notamment chez le "tout petit". L'enseignant de Karaté, véritable éducateur a un rôle vis-à-vis de l'enfant en tant que remplaçant de la tutelle exercée par les parents sur l'enfant. Il doit progressivement amener et faire accepter à l'enfant, le détachement de ses parents pour qu'il puisse se sentir pleinement en confiance.

L'éducateur doit prendre des orientations éducatives différentes selon l'enfant. Il doit encourager l'enfant qui rencontre des difficultés pour l'aider à les surmonter, lui donner des louanges quand il le mérite ou, au contraire, doser chez l'enfant le manque de tolérance, les excès dus à son caractère ou à sa personnalité instable (goût pour le changement).

De plus il doit établir une relation qui soit solide afin d'aider l'enfant à s'intégrer dans le groupe tout en respectant les différences. la relation affective éducateur / enfant est capitale au regard de l'enfant, elle déterminera un bon climat de confiance mutuelle et permettra à l'enfant de s'investir d'une façon durable dans le temps.

Séance Baby  Karaté :

L'enfant en entrant dans un dojo pénètre dans un nouveau monde dont l'élément principal, le tatami constitue une surface de jeux fabuleux. Il peut y reproduire tous les interdits (sauter, courir, se rouler par terre, etc.) sans contrainte matérielle (absence de tables, de meubles en tout genre) ni contrainte humaine (répression des parents).

Une séance de baby Karaté ne doit pas se développer de la même manière qu'une séance de 7 ans. Le professeur doit pouvoir amener l'enfant à comprendre (assimiler) une situation (représentation) sans avoir obligatoirement à la montrer.

On applique alors généralement une pédagogie de découverte où l'on place l'enfant devant un problème qu'il doit explorer (2/3 tiers du temps) , comprendre et résoudre. L'éducateur doit amener l'enfant vers la solution sans lui ouvrir le chemin du premier coup, il doit favoriser la notion d'exploration du problème et si nécessaire relancer le problème de manière différente.

Chaque exercice doit comprendre une explication brève et très compréhensible, l'éducateur ne doit pas hésiter à mimer l'exercice si cela est nécessaire. Il est même préférable compte tenu du temps de concentration des enfants de 3 à 5 ans de limiter les phrases complexes et de « singer » l'exercice demandé.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site